Hurle à la vie

A la naissance du projet #hurlealavie Christophe m’a demandé de lui créer un échauffement pour ses hurleurs, afin de leur permettre de passer en 2 min du mental aux tripes et au cœur pour sortir leur cri !

J’étais loin de me douter de l’étendue de ce projet !

Aujourd’hui je lis ce bel hommage à ce travail formidable et cette exposition touchante ! Je suis admirative du travail de Isabelle Filliozat et de lire ce texte me comble de joie


Un grand bravo également à @vanessasucharmarcus et Valérie Mallet



Photo Studio CKeip @ckeip.photograph

Texte repost @isabellefilliozat


"Invitée à visiter cette expo à Aix, je m’y rends sans attendre guère plus qu’un bon moment à regarder de belles images. J’en ressors éblouie et réveillée. Comment vous dire ? Tout d’abord, je suis admirative du génie de l’idée : le confinement, plein de gens n’en peuvent plus ! En solo ou en famille, on est sous pression. Le ras le bol est là et le besoin de se sentir vivre. La frustration, la colère, la peur, l’exaspération, l’inaction, la solitude ou la promiscuité, la douleur, quand on les rumine à l’intérieur, ça nous plombe. Ex-pression, sortir la pression. Hurler ça va faire du bien.


521 personnes se succèdent devant l’objectif pour hurler leurs émotions. Certains extériorisent leurs souffrances, d’autres leur envie de vivre. On voit de tout dans leurs attitudes, dans leurs yeux… on entend presque leurs hurlements tant il font écho aux émotions universelles. Colère, peur, tristesse et joie… Je suis époustouflée par l’intensité de présence de chacun… Comment l’artiste a-t-il fait pour que ces gens osent s’autoriser ce cri ? Je suis bien placée pour savoir combien les hurlements peuvent être difficiles à sortir dans notre société compassée.


Je suis bluffée par le talent empathique du photographe, Christophe Keip. Il est bien plus qu’un photographe ! Il a su mettre chacun en condition et fournir un cadre suffisamment sécurisant et stimulant pour que chacun ose un immense cri libératoire.


Petite (grande) surprise pour moi : une femme hurle en pressant entre ses mains un de mes livres et les doudous de ses enfants. L’image est bouleversante et si représentative de la parentalité en période de confinement. Merci à tous les hurleurs et un hommage particulier à cette maman pour avoir osé montrer les conflits internes qui nous assaillent quand ça devient trop dur. Son amour pour ses enfants est palpable et dans son cri, on peut lire toute la détresse, les efforts, la lutte intérieure, la culpabilité, le désespoir… qui ont été le lot de tant de parents durant cette période surréaliste. Le tableau ne serait pas complet si je ne vous parle pas de la commissaire d’exposition. Vanessa Suchar Marcus a superbement mis en valeur les tableaux, dans une organisation qui les rend plus forts encore. Valérie Mallet signe quatre textes inspirés qui universalisent les hurlements individuels. Mon amie Stéphanie Brillant a rédigé une préface du catalogue d’expo. Une autre l’est par Charles Berling. Chacune des 521 personnes a crié pour elle-même… et l’écho de son cri résonne dans le cœur et le corps du visiteur.


Une expo qui remue, parce qu’elle réveille l’essentiel en nous : la vie.

Rendez-vous Galerie Zola, à Aix en Provence. https://www.hurlealavie.com/exhibition

Isabelle."


Info pratique : L’exposition se situe à deux pas de la Rotonde en face de la bibliothèque Méjanes à la Galerie Zola. L’entrée est libre et ouverte à tous du mardi au samedi de 13 à 18h jusqu’au 11 septembre.

Retrouver l'équipe de cette expo : Vanessa Suchar Marcus : https://www.facebook.com/vsucharmarcus Christope Keip le photographe : https://www.facebook.com/ckeip.photograph Sandrine : https://www.facebook.com/bys.coaching.relooking Valérie Mallet : https://www.instagram.com/dialogues.news/

Posts récents

Voir tout